dimanche 29 mars 2020

Confinement?... pas nouveau

J’ai vu sur internet une image regroupant deux photos. Sur la photo du haut intitulée « En temps normal », une famille dans son salon. Chaque membre est absorbé, qui par son Iphone, qui par sa tablette ou sa box de jeux.
La deuxième photo intitulée « pendant le confinement »  montre cette même famille dans un parc, jouant, se promenant avec d'autres gens.
Cette image peut être interprétée de 2 façons, la première montre que les gens sont repliés sur eux-mêmes en temps normal, et le fait de leur interdire de sortir, les incitent à transgresser les règles et découvrir un autre univers.
La deuxième façon de voir montre que le confinement n’est pas nouveau. Les réseaux sociaux n’ont de sociaux que le nom. Ce sont plutôt des réseaux de confinement où le mot social n’est que virtuel.

Le confinement n'est pas un fait de ces derniers jours. Le plus part du monde actuel est déjà confiné de part ces technologies. Dans la rue, le métro, les gens ne vivent pas en communauté, ils sont absorbés par cet écran magique et ne voient pas le monde autour d'eux.
Ils sont donc déjà confinés.
Le seul problème est qu'ils se déplacent quand même ; tout en étant dans un monde virtuel ils contaminent le monde réel.
Il y a toujours des leçons à tirer des  catastrophes, enfin pour ceux qui veulent bien se remettre en question. La leçon de cette pandémie est que l'on s'aperçoit qu'il y a des gens autour de nous bien réels; que la mort, elle, n'est pas virtuelle.

La leçon est donc que les importances ne sont pas toujours là où l'on croit qu'elles sont.

En vingt ans le monde a changé plus vite que le siècle dernier. Le monde s'est mondialisé, j'avais tendance avant à dire que je n'étais pas français mais un homme du monde.
Je ne veux pas faire partie de ce monde là.
On a déforesté la forêt vierge pour faire de l'huile de palme, repoussant les chauves souris dans d'autres contrées, elle se sont rapprochées des humains contaminant leurs élevages.
On a repoussé les animaux sauvages , les obligeant à migrer et à côtoyer d'autres animaux s'infectant entre eux.
Le monde sauvage était confiné on l'a dispersé.
En fait nous nous sommes approprié le monde pour le façonner à notre façon. Mais le monde se rebiffe et réagit.

La nature nous annonce d'autres catastrophes encore plus terribles.
  

vendredi 20 mars 2020

La santé n’est pas rentable!


Si vous voulez contrer une épidémie, il faut laisser de côté l’économie, prendre des mesures radicales et ajouter une pincée de compassion.

Dans une gestion de crise des décisions rapides doivent être prise. Si on réunit 3 personnes ou plus pour prendre des résolutions il y aura toujours quelqu’un pour dire « ce n’est pas si simple » puis les discutions s’envenimeront et on sortira de la réunion sans résultats ou des solutions à minima.

Pour cette gestion de crise, des personnes au plus au niveau se sont réunies. Dans le groupe il devait y avoir des gens pour prendre des mesures drastiques, puis d’autres ont dit « ce n’est pas si simple, faut considérer le point de vue économique ». Le président a du dire : « bon on attend de voir !».

Dans tous les cas ces décisionnaires ne sont pas compétents en l'affaire. Juste une petite vidéo pour savoir que rien n'est simple: https://www.youtube.com/watch?v=-FHBgWZ3IU0.
C'est un comité scientifique que devrait prendre les décisions.

J’en veux à ces gens qui étaient pour agir de suite et qui restent à leur poste. Ils se lèvent le matin cherchant une bonne conscience pour continuer de travailler. Ces gens préfèrent le pouvoir et l’argent plutôt que de démissionner et dénoncer ces pratiques. Ces gens sont plus coupables que les ignorants.

La santé n’est pas rentable, enfin si elle l’est pour les labos privés comme Bayer qui nous empoisonne d’un côté et nous soigne de l’autre, comme Cervier qui utilise ses médicaments pour d’autres pathologies... Enfin la liste est longue.

Sur internet, (au fait vous devriez arrêter de regarder les mainstream (TF1,BFM,CNEWS et autres Franceinfo) et voir sur youtube des chaines d’infos, ou on nous explique, informe, avec des scientifiques et des intellectuels non financés par des entreprises) donc sur internet il y avait un chercheur qui déclarait vouloir rester dans le service public pour être libre. Ce chercheur dit que l’état donne plus de 6 milliards d’euro à l’aide à la recherche privée, alors que l’ANR demande 600 millions et qu’elle n’en a reçu qu’une dizaine.
Ce chercheur est interviewé ici : https://www.youtube.com/watch?v=QwFKTE7XfEw

Imaginez une fable encore. Un chercheur dans le privé trouve un remède au coronavirus, un soluté tout bête de l’eau, du sucre et autre alcool, il va voir son supérieur qui lui  dit « surtout on ne dit rien ! »)  15 jours plus tard ce labo inonde le marché avec ce soluté bien conditionné et le vend 50 €. Voila l’état a donné des aides à cette entreprise et cette dernière va gagner des milliards venant de la sécurité sociale donc de l’état (au fait on peut remplacer le mot « état » par « nous » c’est plus frappant). Bon ceci est une fable, mais cela m’étonne si je suis seul à penser ce genre de choses.

Nous sommes au 4éme jour de confinement, bien entendu on ne va pas constater une amélioration avant 15 jours. Ce délai passé et le confinement observé nous devront voir une diminution des chiffres.

Pendant cette période utilisons le temps pour se distraire utilement. Nous avons la chance d’avoir un outil (internet) qui est une fenêtre sur le monde.

Personnellement, j’écoute des gens intéressants comme Frederic Lordon, Emmanuel Todd, François Bégaudeau et plein d’autres sur des chaines youtube : le Media, Là-bas si j’y suis, Arrêt sur images, RT et d’autres aussi. Avec ces infos on a une  autre vision du monde.

Attention subversions!
Ok mais de l'autre côté attention propagande!


mardi 17 mars 2020

Tout conte fait...une vérité?

Je suis réveillé par le silence. Je regarde à travers la fenêtre, le soleil comme moi  se lève. Aujourd’hui il va faire beau. Maintenant je me fais ma météo, la télévision ne fonctionne plus depuis plusieurs mois. Les  émissions se sont éteintes petit à petit faute de journalistes, animateurs et autres comiques. Internet ne fonctionne plus lui aussi, il aura vécu plus longtemps car beaucoup travaillaient dans l’ombre ; mais tous sont partis.

Comme d’habitude  on nous a assénés de données plus ou moins vraies ; de statistiques qui évoluaient de jour en jour. Ce que l’on ne savait pas c’est que les chiffres n'étaient pas bon vu qu’on ne testait que les personnes déclarées, on pouvait multiplier par cent pour avoir un chiffre correct. Au début c’était rassurant beaucoup allaient s’en sortir, puis les chiffres évoluaient du mauvais côté jusqu’au jour où il n’y eut plus personne pour donner ces chiffres. En fait ils ne maitrisaient pas les données, ils sont partis sans savoir qu’ils grossiraient eux-mêmes ces chiffres.

Comme d’habitude on nous a dit quoi faire, enfin ça changeait souvent mais on nous le disait quand même. Çà ne servait pas à grand-chose car les gens font toujours ce qu’ils veulent. Vous leurs dites civisme, ils vous répondent égoïsme. Il faut un régime autoritaire pour juguler ce genre de catastrophe. Un régime qui ne se pose pas de questions sur la liberté. Un régime qui encadre, surveille, espionne, réprimande, enferme, élimine quelque fois ; enfin un régime qui gère.

Comme d’habitude, on nous a rassuré, puis fait peur et de nouveau rassuré. Il faut materner un peuple contrairement au régime décrit ci-dessus. Quand on entend tout et son contraire, on n’obéit plus à rien.  On nous infantilise pour mieux nous manipuler oh ! pas de façon cynique; non pour nous cacher que là-haut, ceux qui savent, ceux qui pensent pour nous, ceux qui dirigent sont complètement débordés, déboussolés. Ils sont à court d’idée, tant mieux peut être, car des idées nous en avons eu et des tordues quelquefois que même le simple quidam pouvait se poser des questions. Dans la crise on a tendance à regarder le ciel en espérant qu’une grande idée va émerger et nous sauver.

Prendre la température était une action illusoire, bien sûr elle permettait de filtrer les gens malades; mais cela faisait croire que l’on était protégé  alors que, dans ce filtre, on laissait passer les porteurs sains, ceux aussi qui venaient de contracter le virus et n'étaient pas encore malades. La seule mesure efficace était l’isolement. Dans cette société mondialisée il est aberrant de penser que les frontières sont des remparts contre une infection.

Voilà, c’était hier. Depuis ces gens qui prenaient des décisions sont partis, bon je dis partis pour être plus soft, ils sont morts. Mes voisins aussi sont partis petit à petit sans faire de bruit laissant leur maison en l’état. Le virus les a emportés.

Nous étions une société au summum de la technologie, au summum du savoir, hyper connectée; mais c’est souvent le cas avec les sociétés au sommet de leur grandeur ; un grain de sable peut effriter leurs pieds d’argile. Tout s’écroule alors ; les Grecques, les Égyptiens, les Romains et autres Incas ont vécu ces choses.

En sortant, je vois qu’il va y avoir une belle journée printanière. La nature semble reprendre ses droits. Droits que L’Homme lui conteste depuis de nombreuses années.

Et si la nature, avec son intelligence, donnait un coup de semonce à l’humain. Si elle avait inventé une arme de destruction massive pour se défendre. Oh ! pas aussi méchante cette arme, la nature pensant que les humains allaient trouver la parade. Mais l’homme dans son arrogance, sa suffisance et son égoïsme ne sait plus se défendre. Il ment aux autres, il se ment à lui-même; de peur de perdre quel qu’argent. La santé n'a pas de prix dit-on mais elle n'est pas rentable, surtout à court terme.
La chine a mis plus d'un mois à s'intéresser au virus, c'est criminel. L'Homme est pris à son propre piège, sa folie expansive, sa course vers le profit,sa mondialisation.

L’arme de la nature va frapper plus fort que prévu.

La nature a déjà gagné elle respire mieux elle, les images satellites le prouvent.

Je ne sais pas combien de gens restent en vie, n’ayant plus d’infos. Ce que je sais déjà c’est que rien ne sera plus comme avant, ce qui n’est pas si mal. A toute chose malheur est bon.
Bon ! à part que je n’ai pas confiance en l’Homme, je sais qu’il va prendre des mesures, puis la vie reprenant son cours, la bourse reprenant ses cours; Il va faire des entorses à ses bonnes résolutions et petit à petit, même rapidement, l’Homme reprendra sa course infernale, inéluctable jusqu’à aller à sa perte complète.

A notre perte.

Tout conte fait... Un conte, une fable, la vérité peut être?