mardi 2 février 2021

Expert!

 Ce matin la télé déverse son flot d’information comme d’habitude. Elle ne se lasse pas, ne regarde pas en arrière ne se critique pas non plus, elle avance. Elle raconte inlassablement des nouvelles plus ou moins vraies, plus ou moins vérifiées.

Aujourd’hui,  il y a un « expert » qui a fait des études politiques. Etant jeune je me demandais comment on pouvait faire des études pour être politologue, cela me semblait si simple d’expliquer les comportements des acteurs politiques. Je comparais ce travail aux « journalistes » de gala ou détective enfin la presse people.

En fait c’est un métier facile qui est devenu essentiel sur les grandes chaines de télévision. On peut dire tout et son contraire, on est toujours là. Le genre de phrase « ce qu’il faut comprendre » « ce qu’il a voulu dire » sont vides de sens. Le spectateur n’a pas besoin qu’on lui dise ce qu’il faut penser.

Il faudrait compiler sur plusieurs années les pensées de ces experts et on verrait qu’ils peuvent dire blanc un jour et noir le lendemain sans vergogne.  Mais la vie continue, pas grave les téléspectateurs avalent la potion.

Les chercheurs, il y a longtemps, travaillaient dans leur labo, leur bureau, ils publiaient leurs travaux dans des revues scientifiques, ils écrivaient des livres aussi. Maintenant la plupart passe leur temps sur les plateaux des médias. Ils sont là pour faire du remplissage, quand l’intervention est finie on a l’impression de ne pas avoir avancé et surtout de n’avoir rien appris.

De plus certains sont marqués politiquement, vous avez l’impression d’écouter un membre d’un parti. Si vous êtes chercheurs même en politique vous devez avoir assez de recul pour ne pas prendre parti, sinon vous n’êtes qu’un invité sur une chaine pour affirmer un discours cohérent avec la ligne rédactionnelle.

Ce qui est plus gênant ce sont les chercheurs scientifiques, comme les épidémiologistes que fleurissent en ce moment sur les antennes. Comment peut-on se prétendre expert quand on prend position oubliant l’éthique de son métier, quand votre collègue dit exactement le contraire sur une chaine concurrente. La médecine n’est pas une science exacte, il est vrai, mais il doit y avoir un minimum de consensus. Concernant une épidémie, le corps médical devrait être soudé,  parler d’une voix ; là on a l’impression qu’il patauge autant que les décideurs politiques.

Si les politiques au pouvoir sont responsables, surtout quand ils nous mentent, les experts en médecine n’ont aucune excuse. Ils nous ont baladés en nous disant que la  Covid était une grippette, qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Ces atermoiements nous ont fait perdre un temps fou au début, nous on fait perdre  des vies. Qu’à cela ne tienne, ils sont toujours là. Il devrait y avoir une description de l’intervenant, nous disant où il travaille, s’il est affilié à un laboratoire, un groupe influent. On nous parle de lobby mais ils sont présents sur les mainstreams à visage découvert sans nous le dire.

Voilà, puis on nous fait une émission « vrai ou fake » pour nous dire que ceux qui contestent sont dans le complot ou dans un populisme affligeant. Pour nous affirmer qu’une info est un fake on nous montre un expert justement ou un ministre qui affirme le contraire.

Nous ne sommes pas dans le monde de 1984 de Orwell mais petit à petit ….

2 commentaires:

  1. coucou
    lilinev sort de son trou
    oups
    demi tour
    sentiments?ressentiments?
    c'est pas le moment
    retour à l'isolement
    confinement

    RépondreSupprimer
  2. Les politiques successives ont fait partir tous les chercheurs qui voulaient faire progresser la science. Ils se sont alors tournés vers les pays qui leur offraient les moyens de leurs recherches, pour exemple Moderna. Nos laboratoires en sont réduits à remplir des petites bouteilles. Donc ceux qui sont restés ne sont pas les plus combatifs. Ils essaient d’avoir une place au soleil avec ce que leur propose l’Etat : un certain pouvoir illusoire et ce pour dédouaner l’Etat de son incurie. Quant aux journalistes, la seule chose qui compte c’est « passer à la télé ». Après avoir critiqué la Russie, Trump, etc... on va aller pleurer pour obtenir leurs vaccins. Le coq français, le seul animal qui chante les pieds dans la merde.

    RépondreSupprimer