vendredi 5 octobre 2018

Comme ils disent!


Charles Aznavour n’est plus. Comme certains, on l’aurait cru intemporel donc immortel ; tellement il a traversé la vie des gens. Intemporel, non ! Car il chantait, racontait la vie du moment. Il  écrivait la vie au reflet de l’onde du temps qui s’écoule.

J’ai connu Aznavour relativement tard, moi, fan des groupes pop rock américain et anglais. Les radios dans les années soixante, soixante dix le passaient rarement ;  il fallait écouter des émissions plus culturelles pour l’entendre. Je me souviens où je l’ai vraiment découvert. Rendant visite à ma sœur, étudiante à Paris, j’ai vu plusieurs 33 tours d’Aznavour dans son studio et je les ai tous écoutés, découvrant cette poésie, cette écriture juste. Je me rappelle cette chanson « tu te laisse aller ! » qui raconte l’habitude et le laisser aller d’une femme, oubliant les efforts à accomplir pour continuer à se faire aimer. Puis « Désormais», « la mamma »  enfin tout le répertoire. Et il y a eu « emmenez-moi » qui a été un « tube » et fait connaitre Aznavour au grand public.

Il disait qu’il pouvait passer des heures à trouver le seul mot, parmi d’autres, qui ferait la rime voulue. Cela se sent dans ses chansons abouties, tous les mots sont à leur place et on ne pourrait pas en chnager ; rendant la poésie facile à écouter. Les gens en le chantant déclament, au contraire de M Jourdain, de la poésie sans le savoir.

Ma chanson préférée reste « comme ils disent ! ». Avant tout c’est une chanson politique, écrite au début des années soixante dix, au temps où les homosexuels étaient emprisonnés, voire condamnés à mort dans beaucoup de pays; ils étaient moqués dans les autres. Aznavour a eu le courage de se mettre dans la peau d’un homosexuel pour donner une autre idée de ces gens qu’on disait « contre nature ».  Plus qu’une chanson, c’est un film qui se déroule avec des scènes et des plans. Il décrit une vie « misérable » d’un vieux garçon; puis vient le couplet « mais mon vrai métier.. » et là il s’enflamme montrant la seconde et vraie vie du personnage. Lorsque j'écoute cette chanson je suis toujours transporté par les mots et le rythme des vers.

Pour illustrer et faire connaitre la vie d’une grande partie du vingtième siècle il suffit d’emporter la discographie de Charles Aznavour.

C’est cela un grand poète de son temps.

2 commentaires:

  1. Aznavour, Brassens, Brel, Ferré, Trenet, Vigneault (Chagall en chanson), Gainsbourg…
    Toute notre jeunesse en souvenirs musicaux poétiques !
    Mais BREL
    Le seul, pour moi, impossible à écouter sereinement.
    IMPOSSIBLE !
    Cependant :
    L’unique vieux vinyle à garder outre tombe sera toujours « l’homme de la Manche ».
    (L’original bien sûr, pas les reprises, José Vandame ou autres)
    Tout y est dit, crié, craché, sublimé
    Pour finir noyé
    Dans le néant
    Du temps et des sentiments.
    Brel ‘ Don Quichotte’, lâche, moche, incapable,
    Qui ose rêver le meilleur
    Et se dissout dans l’enfer du pire.
    Salut l’artiste !
    lilinev

    RépondreSupprimer
  2. Totalement d'accord avec toi pour Brel.
    C'est le meilleur pour moi.
    Ma préférée reste "ces gens là" mais c'est vrai qu'en Don Quichotte il est géant.
    Tous ses chansons sont des clips (mot qu'il n'a pas connu) on voit se qu'il raconte.

    RépondreSupprimer