jeudi 14 mai 2020

La critique est facile!

La critique est facile! voilà ce qu'on me rétorque.

Quelle phrase banale ! et assassine.

Cela me rappelle les proverbes, les sentences que lançait ma mère : « on a que ce qu’on mérite ! » , « Vaut mieux la paix que la guerre » , "Il y a plus malheureux que nous!" etc. Cela vous arrivait comme une flèche en plein vol, vous clouait au mur.

D’abord dire « La critique est facile!» est une critique en soi ; donc il est encore plus facile de critiquer ceux qui critiquent.

Le jour du confinement, j’ai décidé d’écrire un journal. Une période extraordinaire, je voulais la mémoriser de cette façon, j’ai donc écrit 56 articles.

Au départ je souhaitais que cela soit un journal d’une vie de confinement, mais malheureusement bien vite je me suis senti obligé de dénoncer des comportements et les mensonges de nos « élites ».
Je ne critiquais pas, j’analysais, je recoupais des informations, c’est du boulot ! C’est évident que beaucoup de mes écrits étaient sur nos gouvernants dont leur posture, leurs décisions ne me convenaient pas du tout. Donc j’en parlais.

Un seul exemple, j'en ai d'autres, encore une fois, les masques.
En Février, on nous dit « des masques on en aura assez pour tout le monde, le moment venu! ». Début Mars autre musique : « les masques sont inutiles ! » après : « vous ne savez même pas vous en servir ! ». Début Avril : « on va s’approvisionner ! » bon c’était le 1er Avril, pas fait attention à la blague. Mi-avril «  ils ne vont pas tarder ! ».  Aujourd’hui on nous dit « 135€ d’amendes si pas de port de masque ».  Où est la logique dans tout ça, c'est quand même une question de vie ou de mort pour certain.
Bien sûr ce que je raconte là est vérifiable sur internet les vidéos y sont encore. Si vous cherchez bien il y a même une vidéo d’un type dans l'import/export en chine qui a proposé au gouvernement français d’acheter des masque début Mars ; il attend toujours la réponse.
Moi, personnellement je n’en ai pas encore de masque.

Voilà! et il ne faudrait pas critiquer ! Si j’avais travaillé de cette façon dans ma boite ; je me serais fait viré en Mars. Là on dit: « Fermez là! ».
Je ne parle pas des soignants en grève avant et qu’on a envoyé « à la guerre! » sans tenue. La profession où il y a eu le plus de mort du virus est le service de santé.
La France qui avait le meilleur service de santé il y a dix ans se retrouve dans les derniers dans le palmarès du ratio de morts/cas déclarés.
Ne pas critiquer ! Allez voir les chiffres!

Oui je sais, vous qui dîtes cela, vous avez voté Macron ; Vous avez voté pour qu’on supprime des hôpitaux, du personnel soignant, des fonctionnaires; vous êtes dans votre droit, tant pis pour les morts.
Vous avez voté pour que le Sécu disparaisse, ce qu'espère les gouvernants successifs.
On a donné des milliards aux entreprises, je ne parle pas des petites ça je le comprend, je parle des grosses celles qui ne paient pas d'impôts et qui nous narguent. Sanofi qui a reçu des aides à la recherche de la France déclare hier, qu'il aiderait d'abord les États unis. Voilà l'état de l'état si je puis dire. Toutes les aides sur les charges dont on parle maintenant , c'est autant qui va être pris sur la santé et autres régimes sociaux.

Moi je ne suis pas d’accord et je dois ne rien dire. Je paie des impôts, j’en ai même payé beaucoup. Je travaillais plus de trois mois pour l’état par an et je ne dois rien dire. Un jour j’ai passé dix heures sur un brancard en urgence, dans un couloir, bon je n’avais pas à me plaindre il y en avait qui étaient dehors.
Je n’ai pas payé des impôts pour ça.
Je suis un employeur de Macron et autres, comme tous ceux qui paient des impôts. On me doit des comptes.

Je n’ai pas voté pour ce genre de vie qu’on me réserve ; mourir dans le fin fond d’un Ehpad seul. Combien en sont morts dans cette crise, l’état a vendu les maisons de retraite au privé, vous avez voté pour ça aussi !

Ici dans la région il faut faire plus de 50 km pour certaines femmes pour accoucher.
Vous avez souhaité que cela se passe comme ça.
Moi pas, j’ai encore le droit de le dire.

Pour l’instant vous me dîtes de me taire gentiment, bientôt vous voterez pour qu’on n’ait plus le droit de dire ce qu’on pense.

La seule parole que vous me promettez dans votre nouveau monde c’est « Bêééé ! »


1 commentaire:

  1. Bien dit. D’abord il faut reconnaître la différence entre critique et constat puis entre critique et analyse. Effectivement l’analyse est faite à partir d’un constat. Pour analyser il faut d’abord comparer ce qui nécessite des recherches.
    J’ai apprécié ce journal de confinement. Il m’a souvent renvoyé sur des documents pour que je fasse moi-même l’analyse et avoir ma propre opinion. Aujourd’hui !e n’ai toujours pas de masque, si on veut faire un test il faut avoir des symptômes alors que les pays qui s’en sortent le mieux sont ceux qui testent et qui ont des masques. Alors oui ce gouvernement peut être critiqué.

    RépondreSupprimer