lundi 18 décembre 2017

Parler pour ne rien faire.

Avec sa bande, Macron fait une autre politique. Politique du dire. A longueur de journée on nous rabâche les oreilles en nous disant ce qu’on va faire. Si vous écoutez un discours, une interview du LREM, enlevez tout le blabla et entendez ce qui reste ; Pas grand chose.

Ce matin j’ai écouté le vice président de l’assemblée nationale, un petit jeune inconnu, bien propre sur lui, la tête du jeune qui a gravi les échelons du pouvoir, à croire qu’il y a une usine de fabrique de gens du LREM ; Un doute m’envahit, y aurait-il un délit de sale gueule dans cette sélection ? Quoiqu’il en soit, ce type dont j’ai oublié le nom à l’air heureux d’être ici, il raconte, avec le langage Macronien, comment il va gérer le monde. Il ne fait que de raconter car, comme d’habitude, quand on analyse un peu il a passé dix minutes à ne rien dire ; La journaliste, sous le charme certainement lui a servi la soupe,contente des réponses.

Hier on a sorti le grand jeu avec notre Delahousse national, là il faut que je fasse attention à ce que je dis car c’est une icône au même titre que Drucker. Bon donc notre DruckerHouse (jeu de mot !) Pose ses questions innocentes qui poussent à des réponses toutes aussi incolores. Et le jeu continue comme cela pendant une heure. Si on ne fait pas gaffe on est pris par le charme de ces deux beaux parleurs, on peut croire assister à un dialogue sympa ; je te pose une belle question tu me réponds de la même façon. Il faut reconnaître que Delahouse est fort pour mettre en valeur son interlocuteur, j’ai entendu une interview de D’Ormesson et j’ai bien aimé. La différence ici, c’est de la politique et Macron a compris qu’il pouvait tirer profit de cet interviewer. Au final, encore, même si on passe la bande au ralenti, on ne trouve rien. Rien? Non! Des paroles en l’air, des "Je fais ce que je dis!" des "Vous allez voir!" ,des "attendez ça viendra!". Le chômeur, qui regarde ce jeu, se demande dans quel monde il vit. Il se dit que ce n’est forcément pas le même monde que ces deux types. S’il a voté Macron il doit s’en mordre les doigts. Comment lui dire à ce téléspectateur? Il faut qu’il arrête de magnifier ce genre de personne au service des finances.; que lui vaut autant que ces deux intervenants même s'il n'est pas du bon côté de l'écran.

Valoir autant? Pas au niveau financier il est vrai. La grande partie des ministres sont millionnaires et même multimillionnaires, ne leur demandez pas de garder l’ISF (impôt sur la fortune), ils sont gentils mais pas fou au point de céder un peu de leur pécule; non l’argent, ils vont le trouver ailleurs. A défaut d’ISF, ils vont ponctionner la base, on leur a donné les clefs de l’économie ils auraient tord de s’en priver.

Voila! Les journaux ce matin vont nous relater une autre histoire que celle qu’on a pu entendre hier. Evidemment, les médias sont la propriété des mêmes, ceux qui devraient payer l’ISF justement. Le monde est donc parfait comme je le disais précédemment.

Enfin parfait pour eux !

4 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer